Une veillée funèbre. Une jeune femme, Sally B., est au centre de l’histoire. En compagnie d’autres membres de sa famille, elle veille le corps de sa sœur jumelle, disparue dans des circonstances étranges. Le temps s’écoule au rythme des souvenirs et des rires nerveux ou maladroits. On contourne, on sous-entend et, petit à petit, la tension aidant, des conversations badines à l’incompréhension générale, cette veillée se transformera en une enquête policière où la méfiance et la surveillance agiront comme autant d’adjuvants à une intrigue où chaque victime est susceptible d’être l’assassin et où la vérité est loin de se trouver là où on la cherchait.

Premier opus de la Trilogie des parenthèses d’Anne-Cécile Vandalem, (Self) Service se joue de nos peurs en abordant avec un certain humour la question de l’enfermement, de la faculté qu’à l’homme de s’isoler et de se multiplier à la fois, et tente d’observer les dérives liées à ce phénomène. Prenant comme prétexte une enquête policière où la recherche de la vérité a des allures d’introspection et où la peur, l’ultra surveillance et la méfiance sont les acteurs principaux du récit, (Self) Service pose la question de l’identité, de l’appartenance au groupe avec la cellule famille comme métaphore d’une société paranoïaque qui tend de plus en plus à se refermer sur elle-même.

Sur le plateau, une maison à taille réelle, boîte gigantesque et hermétiquement séparée du public par une grande baie vitrée : fenêtre ouverte sur l’appartement de Sally R, une jeune femme au bord du suicide. Seule son ombre est visible par-delà les tentures fermées de son appartement. L’instant passe et elles s’ouvrent sur quatre femmes improvisant, malgré leur tristesse, la veillée funèbre de l’une des leurs : la jeune Sally B, retrouvée morte, calcinée sur son banc solaire. Le public, relégué au statut de voyeur par la distance que le dispositif lui impose, assiste à une enquête au cours de laquelle quatre femmes tentent de répondre à la question qu’il se pose : à quoi suis-je en train d’assister ?

« Chaque fois que je viens voir quelque chose à Vidy, c’est bien ! » Entendue à la sortie de (Self) service, la réflexion est flatteuse pour le théâtre lausannois du bord de l’eau, mais elle est surtout justifiée en ce qui concerne la nouvelle création détonante de la jeune metteuse en scène belge Anne-Cécile Vandalem. Fascinant objet artistique, burlesque et morbide, (Self) service joue avec les sons comme avec les sens et fait entrer les spectateurs dans l’intimité d’une étrange famille, exclusivement composée de femmes. 

Corinne Jaquiéry, Le 24 Heures, 2008.

Étiquettes : , , , , , ,

Nominé « Meilleure création artistique et technique » et prix de la « meilleure comédienne » pour Brigitte Dedry aux prix de la critique 2009

Concept, écriture et mise en scène  Anne-Cécile Vandalem
Assistanat de mise en scène  Céline Gaudier
Scénographie Julia Kravstsova, Anne-Cécile Vandalem
Assistanat scénographie  Valérie Perin
Régie générale Marcel Challet
Création costumes  Laurence Hermant
Création musicale  Pierre Kissling
Création sonore Fred Morier
Création lumières Samuel Marchina

Avec Brigitte Dedry, Zoé Kovacs, Lara Persain, Anne-Cécile Vandalem

Création   Décembre 2008
Production déléguée Théâtre de Vidy-ETE
Coproduction Théâtre de Namur, Théâtre Les Tanneurs, Das Fräulein (Kompanie)
Avec le support de la fédération Wallonie-Bruxelles, service Théâtre.



Lausanne (S) – Théâtre Vidy – du 1er au 21 décembre 2008
Namur (BE) Théâtre Royal, Le Grand Manège – du 20 au 31 janvier 2009
Bruxelles (BE) – Théâtre Les Tanneurs dans le cadre du mini-festival « Elles causent » – du 10 au 21 février 2009
Tournai (BE) – Maison de la culture – les 5 et 6 mai 2009
Le Mans (FR) – L’Espal – Scène conventionnée – les 18 et 19 novembre 2009
Le Havre (FR) – Le Volcan – Scène Nationale – les 1er et 2 décembre 2009
Saint-Etienne-du-Rouvray (FR) – Le Rive Gauche – les 4 et 5 février 2010
Charleroi (BE) – L’Eden – du 9 au 13 février 2010
Liège (BE) – Théâtre de la Place – du 9 au 12 mars 2010